XP11 Hot Start Challenger 650

X-Aviation avait annoncé il y a quelques semaines la sortie prochaine du Challenger 650 développé par Hot Start (auteur du très réputé TBM930) pour X-Plane 11. L´appareil sera disponible en exclusivité sur la boutique, dans moins de 24 heures maintenant, au prix de 114.95$. Un prix élevé pour un add-on “study level” de très grande qualité.

MODELE:  Challenger 650
DEVELOPPEURS:  HotStart
DATE DE SORTIE: 07/01/2021
BOUTIQUE:  Simmarket.com
PLATEFORME:  Microsoftflightsimulator 2020
PRIX:  114.95$

ATTENTION LE PRIX PEUT AVOIR CHANGE DEPUIS LA DATE DE PARUTION DE CET ARTICLE.

LES MOTS DU DEVELOPPEUR :

Plongez dans une toute nouvelle expérience ! Le Take Command ! Challenger 650 de Hot Start est de loin le produit le plus immersif, qui change la donne, conçu pour tout simulateur de vol à ce jour. Interagissez avec le FBO, l’équipe au sol, les passagers, et plus encore. Vous ne serez pas déçu avec celui-ci !

EXPÉRIENCE

Êtes-vous prêt à vivre un moment inoubliable ?

Le jeu Take Command ! Challenger 650 de Hot Start n’est pas seulement un avion simulé, mais une expérience. Il n’y a jamais eu d’add-on de simulateur de vol comme celui-ci auparavant, et nous sommes vraiment fiers de vous le présenter. Dès le moment où vous chargez l’avion dans X-Plane, vous commencez à vivre votre carrière de pilote d’entreprise. Vous interagissez avec le personnel du FBO, les ravitailleurs et avez même un accès complet au FBO pour les tâches de pré-vol. Vous avez la possibilité de passer en mode “Entraînement” pour des situations rapides, mais le mode “Carrière” est une expérience de pilotage plus vraie que nature qui requiert le temps et l’attention des vrais pilotes. Vous devrez remplir des commandes de carburant, envisager le dégivrage (et même monter dans le camion de dégivrage si vous le souhaitez), utiliser la salle de briefing pour établir votre plan de vol, interagir avec le ravitailleur et traiter avec le personnel du FBO pour coordonner l’arrivée de vos passagers. Vous n’avez jamais vécu une telle expérience dans un simulateur de vol, et nous savons que vous allez tomber amoureux de la profondeur de ce produit.

ARCHITECTURE

Aucun raccourci n’a été pris

Dès le début, nous avons été clairs sur un aspect de la conception du projet CL650 : aucun raccourci ne serait pris sur l’architecture des systèmes et de l’avionique. Tout ce que l’avionique et les systèmes apprennent sur le monde “extérieur”, ils doivent le faire par le biais de capteurs correctement simulés. Ces capteurs ne sont pas nécessairement liés aux consommateurs en aval.

L’une des méthodes les plus courantes de transmission de données dans les avions est le bus série ARINC 429. Nous avons simulé plus de 300 bus de données ARINC 429 entre divers systèmes, chacun d’entre eux étant également présent dans l’avion réel. Chaque information qu’un système envoie sur un bus série est d’abord formatée en un mot de données, placé sur le bus et envoyé de manière asynchrone à ses récepteurs. Certains consommateurs de données en aval n’ont pas de liens directs avec les sources d’information. Dans ce cas, les données passent d’abord par un réseau de routeurs de données.

Prenons l’exemple du transpondeur. Il a besoin de l’altitude pression actuelle de l’avion, mais il ne dispose pas d’un capteur pour la mesurer. Il doit se fier aux données des ordinateurs de données aériennes (ADC) redondants. Les ADC envoient continuellement l’altitude-pression actuelle dans l’un des mots de données ARINC 429 sur leurs bus de sortie. Ces données sont reçues par l’un des 4 concentrateurs d’entrée-sortie (IOC). Les IOC regroupent ensuite les données et les transmettent à divers autres consommateurs. Pour faciliter la tolérance aux pannes, les transpondeurs reçoivent plusieurs liaisons d’entrée des IOC et des données de pression des deux ADC. Ils sont capables de passer d’une source de CDA à l’autre, en fonction des sélections du pilote ou de l’état de panne d’un CDA respectif.

Ainsi, lorsque nous soulignons que, sur le plan architectural, le modèle est construit comme un véritable avion, nous voulons vraiment dire qu’il est construit comme un véritable avion. Du point de vue du logiciel fonctionnant dans ces ordinateurs simulés, ils traitent vraiment des données de vol réelles, reçues avec des retards de signalisation réalistes, des erreurs de précision et un potentiel d’erreurs.

DÉTAILS 3D

Une attention toute particulière aux détails, car le superflu est le nouveau nécessaire.

La géométrie 3D a été utilisée pour recréer des détails tels que les ressorts d’assistance du downlock, et même les goupilles fendues utilisées pour maintenir en place les fixations critiques pour la sécurité. Ce niveau de détail n’est pas obtenu au détriment des performances. Nous faisons un usage intensif de la fonctionnalité de “destruction d’objets” de X-Plane, qui nous permet d’éliminer des objets qui seraient autrement invisibles. Par exemple, lorsque vous êtes à l’intérieur de l’avion, nous éliminons entièrement la plupart des objets extérieurs, évitant ainsi le coût du rendu GPU, ainsi que le coût CPU associé à l’envoi des appels de dessin pour ces objets.

AVIONIQUE

Utilisez la suite avancée Pro Line 21.

En tirant parti de la puissance graphique moderne, nous avons reproduit les images jusqu’à pouvoir discerner les pixels individuels sur les écrans. C’est d’une qualité époustouflante. L’avionique est en fait séparée en ordinateurs individuels, chacun fonctionnant indépendamment des autres. Chaque ordinateur fonctionne de manière isolée et ne peut échanger des données avec les autres ordinateurs que par le biais de bus de données série simulés. Lorsqu’un composant avionique veut communiquer, il faut qu’un véritable bus de données relie les deux, et les données doivent être sérialisées et désérialisées à partir du bus de données. Il y a donc réellement 3 FMC indépendants, communiquant en temps réel entre eux, envoyant des sorties d’écran aux CDU séparés, et une myriade d’autres ordinateurs simulés. Il y a bien plus de 50 ordinateurs indépendants qui fonctionnent, chacun gérant un aspect du fonctionnement de l’avion. En ce qui les concerne, ils pilotent réellement un avion. Aussi réel que possible !

PHYSIQUE

Une simulation physique appropriée complète bien ce produit.

Chez Hot Start, nous croyons fermement que la meilleure façon de reproduire un système et ses comportements les plus infimes, est de partir des premiers principes physiques. Les vrais avions fonctionnent dans le cadre de nos vraies lois de la physique. Ils ne se contentent pas d’itérer une table de valeurs à afficher sur un écran, ou de lancer un avertissement lorsqu’on leur demande de le faire. Ce sont de vraies machines et elles doivent donc fonctionner dans des limites réelles.

Pour reproduire tous ces détails, nous avons construit le Hot Start Challenger à partir de zéro en utilisant des simulations de physique de base. Les moteurs ne peuvent pas produire de poussée, sauf en prenant l’énergie du carburant et en la transformant en énergie thermique dans leurs gaz d’échappement. Le système électrique ne peut pas simplement inventer de l’énergie électrique – il doit être alimenté par un générateur et le flux d’énergie doit être exactement équilibré. Le générateur ne produit qu’exactement ce que les composants en aval demandent. Le générateur lui-même ne peut pas inventer de l’énergie à partir de rien. Il génère une résistance mécanique sur le cœur du moteur qui l’entraîne, et le moteur doit à son tour brûler un peu plus de carburant pour satisfaire cette demande.

L’ensemble de la simulation se tient, comme une maison construite brique par brique sur des fondations solides. Et bien que cela puisse sembler magique, nous fournissons toutes les fenêtres d’étude et les affichages d’état internes pour tous les composants physiques de l’avion, de sorte que vous pouvez voir qu’il n’y a pas de tour de passe-passe. Vous pouvez donc constater qu’il n’y a pas de tour de passe-passe. Il fait vraiment ce qui est écrit sur la boîte !

FlightSimActu.fr 2021

0
Nous Aimerions Connaître Votre Avis, Laissez Nous Un Commentairex