PMDG 737 Mise à Jour Du Développement

PMDG 737 Mise à Jour Du Développement

Hier sur le forum officiel PMDG, Robert Randazzo faisait le point sur le développement de son futur Boeing 737.

En résumé il mettait en avant le travail accompli sur le cockpit et publiait une photo du résultat. Ce qui laisse entrevoir la grande qualité de finition (sachant que ce n´est pas le résultat final). La capture d´écran a été pris e lors d´une séance de test de l´appareil afin de voir si les fonctionnalités de l´EGPWS (GPWS= Ground Proximity Warning System), Avertisseur de proximité de sol.Le test a été effectué depuis la piste 07 à Reno, ce qui a permis de mettre a l´épreuve le système en vue des montagne en bout de piste.

Egalement, Robert confirme l´intégration des cartes Navigraph dans l´appareil et que cette dernière sera fait cette semaine.

Bientôt sera disponible sur la chaine YOUTUBE PMDG, une série de tutoriels pour l´appareil, comme cela avait été fait avant la sortie en boutique du DC6.

Pour mémo la première vidéo est apparue le 22 Mai dernier et le lancement du DCS à la vente, le 18 Juin. C´est à dire un peu moins d´un mois après. Ce qui peut nous laisser supposer que le 737 sera disponible mi Février.

DECOUVREZ L´ARTICLE ORIGINAL COMPLET TRADUIT EN FRANCAIS CI-DESSOUS.

Chez PMDG, nous sommes tous heureux de mettre l’année 2021 dans la même boîte de confinement que celle que nous avons utilisée pour nous débarrasser de 2019 et 2020 – et nous espérons que vous vous joindrez à nous pour célébrer la nouvelle année alors que nous jetterons l’ensemble de l’engin par la goulotte et dans la fosse d’incinération pour une élimination appropriée. (Oui, nous récupérons le carbone dans la fosse d’incinération. Nous sommes très soucieux de l’environnement ici chez PMDG ! )

Blague à part, il me semble qu’il y a quelques semaines à peine, j’ai ouvert l’année 2021 (ou fermé l’année 2020, je ne me souviens plus quel était le poste) en soulignant que nous avions tous vécu une expérience unique et générationnelle qui nous a tous unis, quel que soit l’endroit de la planète où vous vous trouvez. Je pense qu’à ce stade l’année dernière, nous avions tous bon espoir de voir l’inévitable transition de la pandémie à la normalité endémique – et cela ne s’est pas produit. Pour ma part, je garde l’espoir que nous sommes sur le point de pouvoir vaquer à nos occupations et profiter de la compagnie de nos amis et camarades.

On m’a accusé plus d’une fois d’être un optimiste, mais c’est un état d’esprit qui m’a bien servi jusqu’à présent. J’attends cette année plus que toute autre depuis 2011, car je pense que cette année sera vraiment révolutionnaire pour toute la gamme de produits PMDG. Nous approchons rapidement de notre 25e anniversaire en août – et commençons à discuter de la manière précise dont nous aimerions célébrer cet anniversaire avec vous tous.

Que nous fassions des visites en personne à divers salons dans le monde, ou une sorte de réunion virtuelle unique, ce sera amusant de le faire avec vous alors que nous continuons à développer notre catalogue de produits MSFS et que nous envisageons même un produit d’avion complètement nouveau à l’avenir.

Non contents de nous reposer sur nos lauriers, nous avons travaillé d’arrache-pied pendant la période des fêtes, en apportant de nombreux perfectionnements au cockpit du 737. L’image que vous voyez ici vous donnera une idée de ce que nous sommes en train de faire, car nous continuons à mettre l’accent sur la qualité graphique, le raffinement du modèle, la coloration, l’éclairage et le travail sur les détails les plus fins.

J’ai saisi cet écran (sans cérémonie) à l’aide de l’outil de découpage de Windows… ce n’est donc peut-être pas l’image la mieux formatée, mais je pense qu’elle vous donne une bonne idée de la façon dont le travail de détail prend forme. Presque tous les boutons et annonciateurs ont été reconstruits (encore !) afin de faire ressortir encore plus de détails, ce qui ajoute au sentiment d’immersion.

DANGER : Cette photo est prise d’un avion en cours de développement, vous pouvez donc remarquer des problèmes de disposition, etc. Il faut s’attendre à ce que ces problèmes soient résolus ou nettoyés dans le cadre normal du développement.

Pour mon vol d’essai de ce soir, vous pouvez voir que je suis basé à Reno, et que j’utilise la piste 7, non pas parce que le vent la favorise très souvent, mais parce que le terrain au-delà du bout de la piste est très gênant pour l’EGPWS et les divers processus logiques de suppression qu’il contient. Il n’y a pas de meilleur moyen de tester cela que de pointer l’avion vers les crêtes des hauts déserts tout en espérant que vos données de performance soient exactes.

En parlant d’EGPWS, vous pouvez voir que la fonction d’affichage des données est présente et fonctionnelle, ainsi que la vue de profil du VSD. La vue de profil est encore en cours de réglage pour que l’appel de redécoupage logique s’ajuste à l’altitude de l’aéroport et je n’ai pas eu le temps de saisir une route de départ pour que vous puissiez voir toute la symbologie, mais vous pouvez clairement voir le profil du terrain devant l’avion. Le vecteur de l’avion vous permettra facilement de voir vos performances de montée en fonction du terrain, ce qui est utile dans un endroit comme Reno, surtout la nuit ou par mauvais temps.

Oh, et à propos de l’EGPWS, j’ai vu quelques personnes y faire référence en tant que “radar de terrain”. C’est généralement là que j’émets un gloussement de désapprobation. Mais… Ce n’est pas un radar. Un radar. Et je ne voudrais pas que l’un d’entre vous soit perçu comme peu sérieux ou mal informé lorsque vous arriverez au Flying Club Bar and Grille après le vol, alors suivez-moi ici : C’est un affichage dérivé des données d’information sur le terrain. Il provient de l’unité EGPWS dans la baie E&E de l’avion et ne repose pas sur le radar pour la cartographie. Après tout, le radar peut à peine pénétrer les averses de pluie, il ne peut donc certainement pas traverser le terrain pour vous montrer ce qui se trouve de l’autre côté… Maintenant que nous n’appelons pas l’hélice un “truc qui tourne à l’avant”, n’appelez pas ce truc “radar de terrain”. A moins que vous ne voliez quelque chose qui lance des missiles, auquel cas, oui, vous pouvez avoir un “radar de terrain”.

(Puisque quelqu’un voudra jouer à “gotcha” : L’EGPWS utilise un couple d’émetteurs-récepteurs radar situés sur le ventre de l’avion, mais ceux-ci servent à mesurer la hauteur et ne dérivent pas les détails du terrain qui sont affichés. Apparemment, ici aux Etats-Unis, ces émetteurs-récepteurs sont également utiles pour recevoir de faux signaux provenant d’installations d’antennes 5G, créant ainsi une énorme querelle entre la FAA et les opérateurs de téléphonie mobile… mais ce genre de choses est bien au-dessus de mes compétences, alors restons-en à l’utilisation du radar de terrain pour nous aider à ne pas écraser l’engin qui tourne sur lui-même contre les éléments en granit situés devant…).

L’astucieux notera également que mon 737-700 est configuré comme un numéro de série précoce qui utilise à la fois le panneau de contrôle de mode Honeywell et la suite complète de jauges analogiques en attente. Le MCP Honeywell est intéressant en ce qu’il a des formes de boutons très distinctes, pour faciliter la possibilité d’effectuer des changements sans regarder le bouton, je suppose. Le bouton IAS/Mach, en particulier, a une forme étrange à saisir avec les doigts, ce qui donne lieu à des blagues grossières et à des injures occasionnelles si vous êtes pressé de suivre les changements de vitesse, de cap et d’altitude de l’ATC en une seule fois. Vous remarquerez également la quantité de détails qui ont été apportés à la face du MCP, en particulier les boutons. Jusqu’à l’étrange application de peinture sur les boutons de cap et d’altitude. De près, ces boutons ont l’air d’avoir été peints pendant la journée “Amenez votre enfant au travail” de Honeywell, car la finition est un peu étrange et les formes d’identification incrustées dans les capuchons des boutons sont en fait peintes au pinceau, ce qui entraîne des imperfections humaines normales.

C’est étrange… mais c’est précisément ce à quoi cela ressemble – et cela ajoute un énorme réalisme au panneau dans MSFS.

Les jauges analogiques de secours ajoutent le son agréable du vibromètre de l’altimètre de secours, qui me rappelle toujours mes premiers jours de vol en compagnie aérienne, lorsque la plupart des avions avaient encore un tel dispositif. Son cliquetis incessant vous rendait fou lors d’un briefing dans le cockpit, mais vous finissiez par apprendre à l’éteindre ou à le réduire. (Clause de non-responsabilité : je ne le ferais jamais, et je ne connais personne qui le ferait).

Dans l’ensemble, les choses avancent bien et nous entrons dans certains domaines où nous essayons de nettoyer les différences de simulation qui pourraient s’avérer gênantes pour les utilisateurs et où nous investissons du temps d’ingénierie pour essayer de les nettoyer. Par exemple, l’interrupteur du train d’atterrissage standard de Boeing utilisé ici est à trois positions, et en tant que tel, vous voudrez mettre l’interrupteur en position OFF après le décollage. MSFS a cependant décidé qu’il serait amusant d’envoyer continuellement les données de position de votre contrôleur matériel en temps réel, donc si vous mettez l’interrupteur en position OFF mais que vous avez un interrupteur de train sur votre matériel, cela crée toute sorte de désordre.

Dans d’autres domaines du 737, nous sommes en train de réduire rapidement la liste de ce qui reste à faire. Je prévois que nous commencerons à intégrer la dernière API de Navigraph pour l’affichage des cartes dans l’EFB cette semaine, ce qui sera une bonne chose car c’est un élément pour lequel nous avons longtemps dit “nous y arriverons à la fin”. J’ai commencé à tourner des vidéos pour les compiler dans quelques avant-premières, et le processus d’élaboration des vidéos tutorielles a également commencé… Restez à l’écoute pour en savoir plus.

Dans d’autres domaines de PMDG :
Dans d’autres domaines de PMDG, voici quelques choses qui se préparent activement :

Nous nous préparons à tester en version bêta une mise à jour assez importante de la gamme de produits 747 pour les utilisateurs de P3D. Une bonne partie des tests initiaux ont déjà été réalisés, mais une autre série est nécessaire pour vérifier les changements apportés au LNAV et aux lois de contrôle du directeur de vol qui ont été mis en œuvre. Nous espérons obtenir un retour positif de la part de nos testeurs, puis la mise à jour sera diffusée aux utilisateurs via le centre d’opérations. Je vous ferai évidemment savoir qu’elle est disponible par une annonce.

En parlant du centre d’opérations : L’une des choses qui nous a pris à contre-pied était la complexité de la mise en œuvre de la gestion des livraisons pour MSFS. Il n’y avait vraiment pas beaucoup d’informations disponibles pour nous permettre de préparer la solution, nous avons donc dû attendre que le PMDG DC-6 soit publié sur le marché afin d’obtenir des cas de test réels sur lesquels nous pourrions nous baser. Nous avons commis l’erreur cardinale de nous dire “ça ne peut pas être si difficile”. Après tout, nous avons fait cela pendant une décennie sur de multiples plateformes, et Asobo a clairement investi du temps et de l’énergie pour unifier MSFS afin de s’assurer qu’un seul processus fonctionne pour tous les cas et sur toutes les plateformes. Sauf pour les livrées. Ouais. Sauf pour ça.

Je vais vous épargner les longs et langoureux détails, mais nous effectuons actuellement des tests internes sur une version qui nous satisfait. Nous sommes également en train d’affiner et d’ajuster un peu le processus d’importation/exportation des livrées pour le rendre plus utile aux clients de PMDG en nous assurant que la fonctionnalité dans MSFS et P3D est aussi étroitement liée que possible afin que vous n’ayez pas à apprendre de nouvelles techniques lorsque vous allez et venez entre les deux plateformes.

Remarque : pour éviter que quelqu’un ne comprenne mal ce que je viens de dire, je parle ici des problèmes d’interface utilisateur, et non des livrées elles-mêmes. Les livrées P3D et les livrées MSFS sont totalement différentes et sans rapport les unes avec les autres. Vous ne pouvez pas utiliser une livrée MSFS dans P3D, ni l’inverse… Juste pour être clair !

Ok, je pense que cela couvre les choses pour ce soir.

Encore une fois, bienvenue en 2022. Nous espérons que vous attendez avec impatience les nouvelles versions de nos produits MSFS autant que nous avons hâte de les partager avec vous. Restez dans les parages, car je vais commencer à vous présenter la gamme de produits de manière un peu plus détaillée et à diffuser des vidéos qui vous permettront de voir de quoi il retourne. MSFS est une excellente plateforme pour notre travail, même si le cycle de développement initial est plus lent que la mélasse versée d’un bocal par une nuit de janvier sur la rampe de KMSP.

Portez-vous bien, restez en sécurité et soyez gentils les uns envers les autres. Nous sommes tous passés par une tonne de choses ces deux dernières années et un peu de patience et d’amabilité font beaucoup de bien. (Cela va bien plus loin que la proverbiale bouteille de mélasse à laquelle je faisais référence ci-dessus, aussi !)

 

PARTAGEZ CET ARTICLE

Share on facebook
Share on twitter
Share on reddit
Share on whatsapp
0 0 votes
Note de l´Article
Subscribe
Notify of
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

TOUTE L´ACTUALITE EN TEMPS REEL

INSCRIVEZ-VOUS ICI A NOTRE NEWSLETTER

FlightSimActu.fr 2021

0
Nous Aimerions Connaître Votre Avis, Laissez Nous Un Commentairex
()
x