HotStart Le Challenger 650 En Approche

X-Aviation annonçait hier sur les réseaux sociaux, l´arrivée du tant attendu Challenger 650, pour X-Plane 11, le 7 Janvier prochain. Ce modèle est développé par HotStart, auteur du TBM930.

  • La Boutique X-Aviation ICI
  • Le TBM 930 développé par HotStart ICI
  • Le sujet original en anglais ICI.

LES MOTS DU DEVELOPPEUR.

Tout d’abord, au nom des équipes de Hot Start et de X-Aviation, joyeux Noël et bonnes vacances ! Ce qui suit est un petit cadeau pour vous de la part de nos équipes 🙂

Comme beaucoup d’entre vous le savent, Hot Start a travaillé dur sur un nouvel avion complémentaire pour X-Plane 11 au cours des 3 dernières années, le Hot Start Challenger 650. Comme pour le TBM 900, cet avion sera publié sous la série Take Command !, car la simulation mérite le label. En fait, la simulation que vous vivrez avec ce produit atteint un niveau de réalisme jamais vu auparavant dans un simulateur de vol grand public, alors préparez-vous à vous amuser ! Le projet est presque terminé et nous sommes prêts à commencer à vous montrer certaines des caractéristiques que vous pouvez attendre dans un avenir proche.

Hot Start conçoit des produits dans le but de les faire ressembler à des machines vivantes et respirantes, sans pour autant occulter les détails les plus fins de ce qui se passe “dans les coulisses” de la simulation. Il s’agit d’apprendre de nouvelles choses, tout en s’amusant.

Le Challenger 650 de Take Command ! Challenger 650 incarnera ce concept encore plus que notre projet précédent, le Take Command ! Hot Start TBM 900. Presque chaque élément de la simulation du Challenger 650 a été conçu à partir des premiers principes. Les lois fondamentales de la physique, telles que la conservation de l’énergie, le momentum, les lois de la thermodynamique et bien plus encore. Chaque système est recréé à partir de la base dans un code personnalisé, totalement indépendant de la plate-forme de X-Plane. Mais avant d’entrer dans les détails alambiqués des systèmes, commençons par l’aspect visuel. Après tout, si les systèmes et l’aérodynamique rendent une simulation agréable à long terme, ce sont les visuels qui retiennent l’attention.

Alors que le modèle extérieur est tout simplement époustouflant à regarder, laissez-moi vous donner quelques chiffres pour donner un contexte à ces images. Nous avons sorti le grand jeu et décidé de placer la configuration minimale de notre GPU à une Nvidia GTX 970 ou une Radeon RX 570 encore relativement décente. Cela nous a permis d’augmenter considérablement le niveau de détail. Au total, l’ensemble du modèle visuel contient plus de 6,2 millions de triangles et de détails de texture qui sont conçus pour être superbes même si vous vous approchez du fuselage. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la voir dans toute sa gloire 4k.

La géométrie 3D a été utilisée pour recréer des détails tels que les ressorts d’assistance du downlock, et même les goupilles fendues utilisées pour fixer en place les attaches critiques pour la sécurité.

Ce niveau de détail n’est pas obtenu au détriment des performances. Nous faisons un usage intensif de la fonctionnalité de “destruction d’objets” de X-Plane, qui nous permet d’éliminer des objets qui seraient autrement invisibles. Par exemple, lorsque vous êtes à l’intérieur de l’avion, nous éliminons entièrement la plupart des objets extérieurs, évitant ainsi le coût du rendu GPU, ainsi que le coût CPU associé à l’envoi des appels de dessin pour ces objets.

Le thème du détail visuel exquis se poursuit à l’intérieur de l’avion. Après tout, c’est là que vous passerez la majorité de votre temps.

Le cockpit, ainsi que la cabine, ont l’apparence d’un produit de luxe haut de gamme, car c’est exactement ce que sont les avions d’affaires. Il y a une utilisation abondante de cuir à double piqûre, de tissus d’ameublement doux au toucher et de placages et finitions en bois fin. Les jets d’affaires étant relativement peu utilisés (seulement 200 à 300 heures par an), ils sont loin d’être aussi éraflés et usés qu’un avion de ligne classique.

Toujours dans le but de tout simuler dans les moindres détails, l’éclairage de nuit est raffiné à l’extrême. Nous avons simulé chaque lampe individuellement dans l’avion. Pas seulement toutes les lampes des panneaux du cockpit. Tout, y compris les projecteurs, les lumières de service extérieures, les lumières de cabine. Au total, plus de 330 lampes individuelles ont été simulées et plus de 500 sources lumineuses dynamiques ont été placées dans l’avion. Chacune de ces lampes individuelles contribue à la charge électrique des bus électriques de l’avion, qui est ensuite additionnée à la charge électrique des générateurs et des sources d’alimentation.

L’avionique est bien sûr une recréation personnalisée extrêmement fidèle de la suite Collins Pro Line 21 Advanced. En profitant de la puissance graphique moderne, nous avons décidé de reproduire les images jusqu’à pouvoir discerner les pixels individuels sur les écrans.

Un détail important à garder à l’esprit est qu’il ne s’agit pas d’un simple simulacre, où tout ce qui nous importe est qu’il soit crédible en surface. L’avionique est en fait divisée en ordinateurs individuels, chacun fonctionnant indépendamment des autres. Chaque ordinateur fonctionne de manière isolée et ne peut échanger des données avec les autres ordinateurs que par le biais de bus de données série simulés. Lorsqu’un composant avionique veut communiquer, il faut qu’un véritable bus de données relie les deux (éventuellement en passant par plusieurs sauts sur le réseau de données interne), et les données doivent être sérialisées et désérialisées à partir du bus de données. Il y a donc réellement 3 FMC indépendants, communiquant en temps réel entre eux, envoyant des sorties d’écran aux CDU séparés, et une myriade d’autres ordinateurs simulés.

Il y a probablement plus de 50 ordinateurs indépendants qui fonctionnent, chacun gérant un aspect du fonctionnement de l’avion (pour vous dire la vérité, @skiselkov a perdu le compte). Ils n’apprennent à connaître le monde extérieur qu’à travers des entrées de capteurs simulées (dont chacune comporte des bruits et des erreurs simulés), puis ils doivent donner du sens et prendre des décisions du mieux qu’ils peuvent à partir de ces entrées. Aucun des ordinateurs n’a accès à la “connaissance cachée”. En ce qui les concerne, ils pilotent réellement un avion et essaient simplement de faire du mieux qu’ils peuvent.

Oh et bien sûr, vous pouvez faire échouer chaque composant individuel de l’avion, jusqu’à couper les bus de données entre les ordinateurs. En tout, il y a plus de 1 400 pannes programmables individuellement, qui peuvent également être sauvegardées dans des scénarios préétablis et rechargées à volonté (ou partagées avec d’autres pour plus de fun !). Oui, vous avez bien lu. Oui, comme nous l’avons dit au début de cette annonce, cette simulation est d’une profondeur folle.

Cet article devient un peu long, nous allons donc terminer par une autre fonctionnalité. Bien que nous soyons fiers de créer des simulations amusantes et divertissantes, un autre de nos objectifs clés est d’aider les utilisateurs à élargir leurs connaissances et leur appréciation du fonctionnement réel des avions. À cette fin, plutôt que de cacher toute la complexité des systèmes derrière un joli tableau de bord, nous adoptons l’approche inverse.

Nous voulons que vous voyiez comment la “saucisse est faite”. C’est pourquoi l’avion comprend de nombreux affichages “d’étude” qui vous montrent exactement l’état interne de chaque système et la plupart comprennent également des milliers de lignes d’info-bulles que vous pouvez faire apparaître en passant simplement votre souris sur un champ de données. Le but de ces affichages est de vous montrer comment un système fonctionne en interne, et comment il réagit lorsque vous effectuez une action en tant que pilote.

Rassurez-vous, nous n’avons fait qu’effleurer la surface ici. Il y a beaucoup plus de choses juteuses à explorer dans le Challenger 650 de Take Command ! Hot Start Challenger 650 et nous sommes impatients de vous les montrer dans un avenir très proche.

Et maintenant, la partie la plus importante…

La question que tout le monde se pose en ce moment : quand pourrons-nous mettre la main dessus ? Eh bien, pour l’instant, nous pensons que vous pourrez voler et vivre cette incroyable expérience du Challenger 650 le 7 janvier 2022. Si, pour une raison ou une autre, cela devait changer, nous vous en informerions, mais pour l’instant, vous pouvez partir du principe que ce sera le cas.

Nous organiserons également des streams quotidiens d’avant-première, comme nous l’avons fait pour le TBM-900 à partir du 3 janvier, chaque stream durant de 1 à 1,5 heure. Nous enverrons des rappels quotidiens à notre liste de diffusion avant chaque diffusion. Chaque jour, nous nous concentrerons sur un aspect particulier de l’ensemble des fonctionnalités. Aussi complexe que soit cette extension, nous vous conseillons vivement de regarder ces streams pour avoir une bonne compréhension de ce qui vous attend.

Nous sommes enthousiastes. Trois ans se sont écoulés et nous sommes impatients de vous faire découvrir ce qui a été créé ici. Préparez-vous, et nous vous verrons très bientôt sur les streams !

FlightSimActu.fr 2021

0
Nous Aimerions Connaître Votre Avis, Laissez Nous Un Commentairex